mixiで趣味の話をしよう

mixiコミュニティには270万を超える趣味コミュニティがあるよ
ログインもしくは登録をして同じ趣味の人と出会おう♪

ホーム > コミュニティ > PC、インターネット > INA.

INA.

  • mixiチェック
  • このエントリーをはてなブックマークに追加

コミュ内全体

詳細 2014年2月6日 18:55更新

 
フランス国立視聴覚研究所
Institut National de l'Audiovisuel
http://www.ina.fr/

フランス国立視聴覚研究所(Institut National de l'Audiovisuel)は、4月27日より、10万本にもおよぶ、テレビ番組、ラジオ番組をネット公開している。

「Archives pour tous(アーカイブ・フォー・オール)」と名づけられたこのサービスより、1920年代のファッションショー、1968年の5月革命、ヌーベルバーグなど、さまざまな映像/音声を視聴できるようになった。

Archives pour tous
http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php




Les archives de la télé pour tous
LE MONDE | 27.04.06 | 13h19 • Mis à jour le 27.04.06 | 13h19

L'émotion de Yannick Noah enjambant le filet du court central de Roland-Garros après sa victoire en finale en 1983 pour se jeter dans les bras de son père ; Cassius Clay sur le plateau d'"Apostrophes" en 1976 ; un épisode des "Brigades du Tigre" cette même année ; "Les Raisins verts", de Jean-Christophe Averty, en 1963 ; le front plissé du commissaire Maigret dans un téléfilm réalisé par Claude Barma, en 1967 ; le face-à-face de François Mitterrand et Jacques Chirac durant la présidentielle de 1988.


Tout un patrimoine collectif et affectif, un panthéon peuplé de Nestor Burma, Casimir, Vidocq, Arsène Lupin, Claude François en costume pailleté... désormais accessible sur Internet.

Jeudi 27 avril, l'Institut national de l'audiovisuel (INA), la plus grosse banque de données audio et vidéo du monde, inaugure son site www.ina.fr : le grand public pourra revivre soixante-dix ans de radio et soixante ans de télévision à travers des dizaines de milliers d'extraits ou d'émissions intégrales, jusqu'ici réservés aux chercheurs et universitaires qui se rendaient à la Bibliothèque nationale de France (BNF) et aux professionnels de l'audiovisuel.

Le site ina.fr propose 100 000 émissions de radio et de télévision à voir, revoir ou écouter, soit dix mille heures d'archives télévisuelles et radiophoniques présentées dans leur contexte historique : feuilletons, séries comme "Les Shadoks", "Age tendre et tête de bois", dramatiques, grands entretiens, discours politiques d'importance, trente ans de journaux télévisés, magazines culturels ou d'information comme "Thalassa", événements sportifs, reportages, concerts, variétés... "Le volume d'archives accessible représente le programme de deux chaînes de télévision pendant un an", indique le PDG de l'INA, Emmanuel Hoog.

Ce site Internet est l'un des résultats du plan de sauvegarde et de numérisation lancé en avril 1999. Un vaste chantier de transfert numérique destiné à faciliter le stockage des archives mais surtout à les sauver de la destruction, en raison de la fragilité de nombreux supports (inflammabilité du nitrate, films acétate frappés du syndrome du vinaigre, etc.).

Parmi les 3 millions d'heures stockées dans les fonds de l'INA à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne), 835 000, menacées d'obsolescence, doivent être sauvegardées d'ici à 2015.

Disposer de la mémoire audiovisuelle à domicile constitue " un rêve démocratique", selon le réalisateur Serge Moati. Une mémoire différente des sempiternels bêtisiers, florilèges de gags, diffusés ad nauseam par les chaînes hertziennes et qui accrédite l'idée d'une télévision robinet à images, qui n'a jamais produit d'oeuvres dignes d'intérêt.

Ce site permet de se forger une opinion plus juste de l'histoire récente de l'audiovisuel, en revoyant par exemple les sujets des journaux télévisés consacrés à l'affaire de pédophilie d'Outreau lors des mises en examen et de l'enquête de police, de prendre connaissance - gratuitement - de l'intégralité du procès de Maurice Papon, soit 400 heures de programmes dont la chaîne Histoire a diffusé de larges séquences. Réécouter le numéro du "Masque et la plume" de France-Inter consacré à l'actualité du Festival de Cannes en 1999 ou 2001...

Les amoureux de la littérature y trouveront aussi les collections parcellaires - ou parfois intégrales - d'"Apostrophes", "Plain-chant", "Post-scriptum", "Un siècle d'écrivains", "Voyage entre les lignes".

Un moteur de recherches permet de parcourir l'offre du site par mots-cés, genre, chaîne, année de diffusion, personnalité, titre d'émission. Ce site, qui fera vivre le fonds en fonction de l'actualité et des commémorations, s'enrichira chaque année d'environ 5 000 heures de programmes.

En septembre apparaîtra la rubrique "Apprendre", sorte de manuel scolaire tout en images par matière et niveau d'études, destiné aux professeurs, aux élèves et à leurs parents. Une source d'information et de comparaison pour une culture commune et familiale.

Le visionnage gratuit de documents dans leur totalité (80 % de l'offre) s'effectue en quart d'écran, en plein écran après téléchargement payant.

Concernant les documentaires et les feuilletons protégés par des droits d'auteur, les dix premières minutes sont gratuites. Ensuite, l'internaute doit payer pour télécharger l'intégralité d'une oeuvre : 1 à 3 euros pour un visionnage dans un délai de 48 heures, 1 à 12 euros pour l'acheter à vie et la graver. Enregistrer sur son ordinateur un concert de musique classique revient à 8 euros, 2 euros pour un journal parlé.

Le site de l'INA apparaît dans un marché déjà assez concurrentiel : en quelques mois, les portails de vidéos à la demande (VOD) de TF1, France Télévisions, Canal+ et Arte se sont lancés, et le podcasting (baladodiffusion), qui permet de se libérer des horaires imposés par les chaînes de télévision ou les radios, se développe rapidement. "On a négocié avec les ayants droit une rémunération forfaitaire indexée sur la totalité du chiffre d'affaires du site, générés par les téléchargements payants, la publicité", explique M. Hoog.

Nostalgie ? Besoin de repères ? Curiosité ? Aujourd'hui, l'engouement pour le patrimoine télévisuel est réel. Revisiter le passé d'une personnalité ou la mémoire collective nourrit tout à la fois les grilles des programmes et les imaginaires.

En 2002, la première édition des "24 heures de la télé", florilège d'archives de l'INA, dans le cadre des Journées du patrimoine, avait été confinée au Zénith de Paris. En 2005, 450 villes ont participé à cette opération, retransmise par la chaîne câblée Paris Première, qui a réalisé là l'une de ses meilleures audiences de l'année.

Selon un sondage réalisé les 7 et 8 avril par Ipsos, les trois quarts des Français jugent indispensable de sauvegarder la totalité des archives, car "elles constituent des témoignages essentiels de notre histoire".

Ils donnent la priorité aux émissions culturelles et aux débats de société. En revanche, la moitié des sondés estiment qu'il n'est pas important ou primordial de conserver les émissions politiques ; 58 % jugent "secondaire et inutile" d'archiver les émissions pour enfants et encore plus les téléfilms et émissions de variétés.

Emmanuel Hoog espère que le site ina.fr créera "du lien social". "Les enfants pourront y découvrir comment on s'habillait à l'époque de leurs grands-parents, quelle musique écoutaient leurs parents", explique-t-il.

De son côté, l'historien Marc Ferro, qui animait sur Arte l'émission "Histoire parallèle", est plus circonspect : "Ce site aura un rôle de catalogue-inventaire pour retrouver ce qu'on sait et faire joujou avec cette masse d'images."

Il s'interroge aussi sur l'usage qui en sera fait. "Un phénomène technologique est souvent à l'origine de phénomènes politiques ou religieux. La révolution de l'information et la novation technologique de l'imprimerie ont répandu, en leur temps, la lecture de la Bible et provoqué une propagation du protestantisme qui a coupé l'Europe en deux. L'invention du transistor et sa présence dans des villages privés d'électricité a contribué à l'éveil de l'esprit anticolonial. L'apparition des cassettes vidéo a entraîné une expansion de l'islam et de l'islamisme. Khomeiny est devenu célèbre dans beaucoup de pays, grâce aux messages vidéo qui circulaient, comme ceux de Ben Laden."

Macha Séry
Article paru dans l'édition du 28.04.06
 

コミュニティにつぶやきを投稿

最近の投稿がありません泣き顔
つぶやき・トピック・イベント・アンケートを作成して参加者と交流しようわーい(嬉しい顔)
参加メンバー 48人

もっと見る

開設日
2006年5月6日

4072日間運営

カテゴリ
PC、インターネット
関連ワード
関連ワードを登録しよう

編集から関連ワードを登録すると、コミュニティがmixiワードに表示されるようになります!